«

»

Mar 03

Interview de Matt Bellamy : « Un Nouvel album plein de sons rock ! »

     Interview de Matt Bellamy : « Un Nouvel album plein de sons rock ! »

Matt a donné une interview à Ticketmaster Allemagne. Nous en avons effectué la traduction en Français. Plein d’infos sur Drones (le contexte d’enregistrement, le futur light show) ainsi que leur ressenti sur les deux derniers albums et tournées. Un album très abouti et pleins d’info croustillantes que l’on vous laisse découvrir ci dessus.

 

 

« LE CALME AVANT LA TEMPÊTE »

Matt, où en êtes-vous avec l’enregistrement de l’album ?

On a presque terminé. Il nous reste plus qu’à mixer quelques chansons et après on aura fini. C’était un long et dur travail qui a commencé dès 2013 pendant notre dernière tournée et qui a continué toute l’année passée. On a essayé de faire deux choses en même temps. On essayait de jouer les petites idées pendant les soundchecks sur la tournée et dans nos chambres d’hôtels afin d’écrire de nouvelles chansons aussi spontanément que possible. Mais d’un autre côté, on ne voulait pas bâcler le travail. On voulait faire les choses sans pressions, qu’importe le temps que cela nous prendrait. C’est donc un mix entre un travail rapide et très méticuleux parce qu’il est vrai que les chansons que l’on écrit pendant les tournées sont un peu différentes. C’est bon aussi de prendre un peu de distance pour ralentir le processus (de création d’album).

A quoi ressemblent les chansons ?

Totalement différentes des 2 derniers album. « the 2nd law » était très électro tandis que « the Resistance » est plus progressiste et rempli de musique classique. Le nouvel album est plein de sons rock simples avec juste une guitare, une basse et une batterie. Et ceci simplement parce qu’on ne voulait pas nous copier nous-même et faire 2 fois la même chose. Ce serait ennuyeux. Et pour moi ça signifie « se calmer » ou un lendemain. C’est comme se réveiller après le rêve que furent les 2 derniers albums et se demander ! «  Qu’est ce qui s’est passé ? C’était absolument fou ! » Et « Comment on est arrivé là ? ». Ce qui donne l’envie de revenir aux bases, à notre vrai fond musical. Ça veut aussi dire nous séparer des choses qu’on a expérimenté entre 2009 et 2012, notamment l’électro et « toutes ces choses ». On leur dit au revoir cette fois.

Est-ce que ça implique aussi l’idée « d’album engagé/concept » qui a influencé cette période ?

Vous voulez dire des thèmes importants qui sont un peu le fil rouge de toutes les chansons ? Eh bien oui c’est une des choses dont je parlais précédemment. Pour moi c’est indissociable des chansons. Jaime écrire des chansons qui sont connectées entre elles et qui s’imbriquent, qui racontent une histoire et qui se complètent. Je pense que je continuerai à travailler de cette façon, mais que je vais limiter cette approche.
Parce qu’il y a plein de thèmes avec lesquels je veux travailler de manière approfondie.

Vous avez un exemple?

L’écologie profonde. Une philosophie qui permet de concilier notre vie avec la nature. Il y a aussi le « fossé d’empathie ». C’est à propos de l’être humain qui n’arrive pas à faire les choses qu’il a décidé de faire. Je pense que c’est très intéressant. Ce sont des choses qui m’intéressent dans la vie de tous les jours. Tout comme la théorie selon laquelle nous avançons doucement mais surement vers une 3eme guerre mondiale parce le vieux conflit « Est- Ouest » s’intensifie, mais aussi à cause de la radicalisation de l’islam qui grandit et qui finira en guerre un jour. Et j’ai incroyablement peur de ce moment parce qu’il aura des conséquences dévastatrices pour toute l’humanité. Mais ce contenu n’a rien a voir avec la musique. Notre prochain album c’est quelque chose de brut, simple et rock.

C’est vrai que vous avez écrit une suite à Citizen Erased ?

(Rires) Oui c’est vrai ! Mais je ne sais pas encore si ça apparaitra sur l’album ou pas ! C’était seulement un test. Je voulais voir si j’étais encore capable d’écrire une chanson dans le style de celles d’’Origin of Symmetry ou bien si j’étais trop loin de cette époque. C’est comme éliminer ce que j’ai fait ces dernières années et revenir avec quelque chose que j’ai fait il y a très longtemps. Je n’étais pas sûr de pouvoir le faire et c’est avec cette chanson que je voulais le découvrir. Et ça a marché. J’ai réalisé que j’étais la même personne qu’à l’époque au début de notre carrière, même si beaucoup de choses sont arrivées notamment dans ma vie privée. C’est avec cette idée que j’ai ensuite fait les autres chansons de l’album, avec cette devise : « Ça fonctionne alors je peux continuer. » Je veux dire par là, avec l’approche « retour aux bases » que je viens de vous expliquer.

C’est pour cela que vous avez choisi Robert « Mutt » Lange comme producteur, l’un des plus gros producteurs de rock ?

Oui ! Et c’est aussi un vieux rêve ! Nous avons toujours été de grands fans de son travail. C’est un visionnaire, un homme qui utilise beaucoup les nouvelles technologies pour créer de la bonne musique intemporelle. Et ce, pour les plus grands groupes de rock ! Il est derrière « Back in Black » d’AC/DC, un des plus gros albums de rock de tous les temps et une chanson de mes années ado. On n’avait pas osé le contacter avant car il faisait des choses différentes des notre. Nous sommes plus dans l’alternatif alors qu’il est plus « dans l’air du temps ».

Qu’est-ce que Mutt pense de votre phrase « les solos de guitares ne sont pas cools » ?

(Rires) Il m’a parlé de ça la première fois que je l’ai rencontré ! Il voulait savoir si je le pensais vraiment et comment j’avais pu penser ça ! Je lui ai simplement expliqué que je n’étais pas très à l’aise avec ça et que tous les groupes avec lesquels j’ai grandi (sauf AC/DC) pensent la même chose. Il n’était pas d’accord et m’a mis au défi d’essayer plusieurs fois pendant qu’on enregistrait l’album. Je ne voulais pas au début, puis j’ai essayé et c’est fun en fait. J’ai bien peur d’être guéri de cette phrase maintenant.

Vous commencez votre tournée le 28 mai 2015. Que peut-on attendre des performances en festival ? Comment allez-vous éliminer la navette spatiale, le robot et les acrobates de 2012/2013 ?

Cette question me taraude, et est comme une épée de Damoclès, et nous fait beaucoup réfléchir. Bien sûr on veut faire quelque chose de nouveau qui va surprendre nos fans, comme on a pu le faire la dernière fois. C’est un vrai challenge. On ne veut pas faire dans le « too much », trop excessif et mielleux. On ne veut pas devenir les esclaves de nos performances et créer quelque chose qui va mal finir, voire plus mal que ce que nous avons pu faire par le passé. C’est comme ça, le plus c’est grandiloquent, plus c’est fragile et peu mal finir. Depuis le Resistance tour, j’en ai fini avec les systèmes hydrauliques. Je ne veux plus être sur une plateforme a quelques mètres du sol et qui est bancale comme pas possible ! J’en ai marre de ça. Donc on va voir ce qu’on va faire cette fois. Je peux vous dire qu’on fera de notre mieux pour créer quelque chose de très spécial visuellement. Il y a aura des lasers, des écrans LCD et des séquences de films mais aussi pleins d’autres choses. Je pense que la meilleure chose c’est de nous laisser vous surprendre. Jusqu’à maintenant (enfin je l’espère), nous ne vous avons jamais déçu n’est-ce pas ?

———————————————————————————————————————————————————

 Merci à Noémie pour la traduction.

Retrouvez ici les captures d’écrans de l’interview en version originale (allemand) et ici la version en anglais.

Lien Permanent pour cet article : http://muse-france.com/itv-matt-nouvel-album-rock/

(2 commentaires)

  1. Clay Lowe

    Les infos ici sur cette page sont bien intéressantes. J’ai vraiment bien aimé, un article qui est bien écrit et nous permet d’en savoir un peu plus sur le sujet. Bien vu !
    Amandine Luong / MELTY.FR

    1. Muse France

      Merci Amandine. C’est toujours agréable les commentaires positifs !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *